ChatGPT sous le Feu Croisé : Quand les Auteurs Disent Stop au “Pillage” par IA

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Sommaire de l'article

5
(1)

Aujourd’hui, on parle de droit d’auteur, de littérature, et bien sûr, de nos amis les algorithmes. Attrapez donc votre café, asseyez-vous, et laissez-moi vous présenter le sujet du jour : le dilemme juridique dans lequel OpenAI se trouve suite à l’entraînement de son modèle de langage, ChatGPT, sur des livres, des centaines de milliers…

Les racines du problème : Une technologie pilleuse de bibliothèques

Il s’avère que Sarah Silverman, la comédienne et écrivaine, ainsi que d’autres auteurs, ont décidé de traîner OpenAI en justice. Pourquoi ? Parce que ChatGPT a eu la “brillante idée” d’être entraîné sur des données issues de bibliothèques numériques pas très catholiques, comme Z-Library et Bibliotik (des librairies pirates de millions d’ouvrages). Imaginez cela comme aspirer des livres entiers, par centaines de milliers, sans même un petit “s’il vous plaît” ou “merci.”

Selon les statistiques fournies dans la plainte, ChatGPT ne se contente pas de paraphraser ; il peut résumer des livres entiers lorsqu’on lui demande. Et ça, c’est un problème. Pas de crédit aux auteurs, pas de gestion des droits d’auteur. Bref, on touche là à des questions d’éthique et de légalité qui ne sont pas des moindres.

Quand la Tech joue avec les limites de la loi

À vrai dire, ce n’est pas la première fois qu’une entreprise de technologie flirte avec des questions juridiques. Mais ce qui est fascinant ici, c’est le carrefour entre la technologie, la loi, et l’éthique. 

Certains experts, comme Lisa R. Lifshitz, avocate spécialisée dans le droit des technologies, affirment que ces affaires pourraient créer des précédents importants dans le domaine du droit d’auteur.

Maintenant, réfléchissons un peu. OpenAI a peut-être pensé qu’en traitant des volumes massifs de texte, les problèmes de droits d’auteur deviendraient négligeables, se diluant dans l’océan des données. Mais ce n’est pas si simple. Lorsqu’on parle d’éthique et de droit, les détails comptent.

Le futur des modèles IA : un océan de dilemmes Éthiques

La situation actuelle dévoile un futur truffé de dilemmes éthiques pour les modèles IA. Prenez, par exemple, Getty Images qui a poursuivi Stability AI pour avoir formé son modèle sur des “millions d’images protégées par le droit d’auteur.” On voit ici que l’appétit vorace de l’IA pour les données peut entrer en collision frontale avec les droits de propriété intellectuelle.

Les auteurs demandent des dommages et intérêts. Alors, comment quantifier le préjudice ? C’est là toute la complexité. D’autant plus que ces modèles d’apprentissage machine sont formés sur des ensembles de données gigantesques, dont la provenance peut être difficile à traquer.

Alors, à qui appartiennent les mots ?

Au final, toute cette histoire nous amène à une question brûlante : si un algorithme est capable de produire des textes qui ressemblent à des œuvres protégées par le droit d’auteur, à qui appartiennent ses mots ?

C’est un sujet de débat que je suis sûr va susciter de nombreuses discussions. Alors, que pensez-vous de cette zone grise entre le génie de l’IA et le sanctuaire du droit d’auteur ? Faudra-t-il que la politique change le droit d’auteur pour engager l’avènement des machines intelligentes ? Ou aurons-nous toujours des machines bridées pour respecter le génie humain avant tout ?

Cet article est intéressant ?

On veut tout savoir !

Note actuelle 5 / 5. Nombre de Vote : 1

Pas de notes pour l'instant. C'est à vous de jouer !

Vous avez trouvé cet article intéressant ?

Partagez-le sur vos réseaux !

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos formations de Rédacteur Web

Accès immédiat et permanent – Cours, Vidéo, MasterClass et Mentorat – Ouvert aux débutants : “Écrire pour le Web” offre un accès à une variété de ressources en ligne, vidéos, cours, exercices et événements en Live, permettant de progresser à son propre rythme. Les participants ont également l’opportunité de rejoindre un groupe Facebook dynamique avec MasterClass et Mentorats personnalisés.

Prochaine session le 5 février 2024 – 13 semaines – Ouvert aux débutants : Dans cette formation, vous apprendrez à être plus qu’un simple rédacteur web. Non seulement vous saurez écrire des articles et du contenu en ligne, mais vous apprendrez aussi à conseiller vos clients sur la meilleure façon de communiquer en ligne. Aucune expérience préalable n’est nécessaire.

Explorer davantage ?

robot SEO

La Chute de la Pertinence des Résultats Google

0 (0) Comment le SEO et l’IA Générative Redéfinissent la Recherche en Ligne Vous l’avez sûrement remarqué, la qualité des résultats de recherche sur Google semble décliner. Ce n’est pas

Comment écrire un article de blog efficace ?

5 (3) Vous savez, se lancer dans la rédaction d’un article de blog, ça va bien au-delà d’aligner de simples mots attrayants. C’est une question de capter et de répondre