Pourquoi soigner la rédaction de la balise méta-description ?

5
(5)

La méta-description : un effet sur le SEO ?

Encore un de ces termes étranges dont le vocabulaire spécialisé du web a le secret ! La balise méta-description résume le contenu d’une page. Elle indique au moteur de recherche où se trouve une information sur un site. Pour autant, quel est l’impact de la rédaction de cette balise : agit-elle sur le référencement ou sur le taux de clic de l’utilisateur ? Comment rédiger son contenu pour lui faire jouer pleinement son rôle ?

Un préalable : comment Google analyse-t-il le contenu ?

Selon la documentation de Google, la recherche fonctionne en trois étapes :

  • La phase d’exploration du contenu

Pour ce faire, Google utilise un programme automatisé, Googlebot, dont les algorithmes déterminent les sites à explorer. Après avoir détecté les pages, il télécharge des textes, des images et des vidéos.

  • La phase d’indexation du contenu

Google analyse le contenu de la page, les images et les fichiers vidéo présents sur la page, puis stocke les informations dans l’index Google, qui est une grande base de données. 

  • La phase de traitement du contenu

Quand un internaute effectue une recherche sur Google, le moteur affiche des informations pertinentes par rapport à sa requête : un contenu de faible qualité, à savoir peu informatif, n’apparaît pas dans les résultats de recherche.

La balise méta-description aide Google à trouver le contenu de votre site : elle lui fournit un récapitulatif de la page à l’aide de quelques courtes phrases. Mais où se trouve cette balise ?

Où rédiger cette balise ?

En ce qui me concerne, j’en ai entendu parler pour la première fois quand m’a pris l’envie de bâtir mon propre site internet.

Vous aussi, équipé.e du CMS (« Content Manager System » ou, en bon français, « système de gestion de contenu ») le plus connu du marché, vous vous apprêtez enfin à mettre les mains dans le cambouis, c’est-à-dire dans le “back end”. Et là, Yoast SEO, un plugin (extension) de ce CMS fait apparaître une petite case intitulée « la méta-description ». Grisée par la rédaction de mon premier article, j’avoue y avoir jeté un coup d’œil distrait avant de m’apercevoir que Monsieur Yoast semblait y tenir. Pourquoi donc puisque je ne voyais pas cette balise sur le site ?

À vrai dire, vous constatez, de visu, que la méta-description apparaît sur la page de recherches Google, juste au-dessous du titre de votre article. Et là, votre petit doigt vous dit : « Cette balise doit bien servir à quelque chose ! »

Mini-formation gratuite

Devenir Rédacteur Web

 

Dans cette introduction gratuite de 2h, découvrez le métier de rédacteur web, ses règles, ses enjeux, sa réalité, et son évolution.

 

🎁 Commencer la mini-formation

Son rôle : susciter le clic de l’internaute

À la fin des années 90, la balise permettait de classer le site dans les moteurs de recherche : elle exerçait une influence majeure sur le référencement. Forts de cette information, les « petits malins » du web ont pensé détourner la balise à leur profit : bourrage de mots clés et suroptimisation systématique plaçaient leurs sites en tête de liste sur le moteur, sans égard pour la qualité du contenu. Résultat des courses : en 2009, Google expliqua que la méta-description n’influencerait plus le classement des sites. Alors, pourquoi s’en occuper ?

La localisation de cette balise incite à la prendre au sérieux : elle s’affiche sur la page des résultats Google. C’est donc la méta-description qui noue le premier contact avec les internautes. Et si, selon les affirmations de Google, le classement de votre site ne change pas, en revanche, le taux de clic peut faire augmenter votre trafic.

Quelle influence du « taux de clic » sur le classement de votre site ?

Appelé encore CTR (Click Through Rate), le taux de clics représente le quotient entre le nombre d’internautes qui cliquent sur votre lien et la totalité des liens que ces derniers visualisent. Pour clarifier la définition : si dans une page de requêtes, 20 personnes sur 100 cliquent sur votre lien, votre taux de clics est de 20 %. Pour autant, ces clics influencent-ils le positionnement de votre page ?

Pour Google le taux de clic n’exerce aucune influence :

Même si des balises méta-description précises peuvent améliorer le taux de clic, elles n’affectent pas le positionnement de votre site dans les résultats de recherche ».

Raj KRISHNAN, blog officiel de Google, 2007

Mais les avis des spécialistes du SEO demeurent partagés.

Force est de constater que, parmi les critères attestant de la qualité d’un contenu, on ne peut écarter ni le taux de clic, ni le temps passé par les internautes sur une page, ni le taux de rebond (utilisateurs qui ne visualisent qu’une seule page de votre site).

C’est pourquoi certains référenceurs(Olivier DUFFEZ) pensent que Google analyse la méta-description grâce au nombre de ces clics. En effet, la Google Search Console (dans ses onglets « Performance/Résultats de recherche ») fournit des outils pour mesurer le taux de clic par requêtes et par pages.

Donc, on peut en conclure que la méta-description exerce une influence indirecte sur le SEO : en un mot, elle est importante, mais non déterminante, à elle seule, sur le positionnement de votre site.

Alors, comment améliorer l’expérience de l’internaute ? Lui fournir des informations utiles et lui indiquer que celles-ci se trouvent chez vous. Pour ce faire, rédigez une méta-description engageante et pertinente !

La rédaction optimisée de la méta-description

La balise donne à l’internaute la première impression de votre site : elle incite, ou pas, au clic. C’est dire si vous devez la rédiger avec le plus grand soin.

Quel type de contenu rédiger ?

Bien entendu, vous pouvez vous contenter de reprendre un chapô (les quelques lignes qui suivent le titre et résument le contenu de votre texte) ou un extrait de votre article dans la méta-description.

Placer des mots clés ? Certains vous diront que non, mais ils confondent « placement » et « bourrage ». Bien sûr, les mots clés sont les bienvenus : vous les rédigerez naturellement si la balise reflète le contenu de votre texte. Il s’agit de rédiger habilement pour le moteur (lui offrir les mots clés ciblés) et le lecteur (lui indiquer qu’il va trouver chaussure à son pied).

Une description, tendance marketing, peut convenir : elle incite l’internaute à effectuer une action grâce au descriptif fourni. Des verbes d’action engagent l’utilisateur à cliquer. Par exemple, vous pouvez vous inspirer de la méta du Cercle des rédacteurs affichée plus haut.

Quelle longueur de contenu rédiger ?

Bien que cette taille ait varié au cours du temps, la longueur idéale avoisinerait les 160 à 200 caractères. Ainsi, Google la prendra en compte.

Ceci dit, le moteur de recherche n’indique pas une taille précise : il insiste plutôt sur la nécessaire qualité du contenu, à savoir une description pertinente de la page.

Google vous donne des exemples pour rédiger des “descriptions de qualité”. Elle doivent être informatives et éveiller la curiosité de l’internaute.

La rédiger mal, voire oublier de la rédiger : que se passe-t-il ?

Si Google scanne votre page, il rattrapera vite votre oubli : lors de l’exploration de votre site, il choisira un extrait de texte (cf Isabelle CANIVET, Bien rédiger pour le web, la balise méta-description) de l’introduction, le plus souvent.

Olivier ANDRIEU rappelle les hypothèses où Google ignore le contenu de la balise. Hormis les cas où elle n’existe tout simplement pas, à savoir dans 25 % des textes, comme l’indique l’étude du site Ahrefs, le moteur la réécrit ou l’ignore quand :

  • Elle est trop courte (à moins de 50 signes, la méta s’avère peu informative)
  • Elle se contente de reprendre des mots clés sans donner d’information utile à l’internaute
  • Elle ne reflète pas le contenu de la page (par exemple, vous avez choisi, au hasard, la première phrase de votre article)
  • Elle n’est pas unique (la même description sert à plusieurs pages)
  • Elle ne recoupe pas la requête de l’internaute (vous avez ignoré l’intention du lecteur humain).

Bref, toutes les fois où elle ne sert pas l’expérience utilisateur, la méta-description ne joue pas son rôle. Et même quand elle remplit pleinement sa fonction, à savoir inciter l’internaute au clic, elle n’exerce pas une influence prépondérante sur le SEO.

Alors, s’en occuper ? Oui, mais raisonnablement. Évitez de vous acharner à trouver la phrase miracle, type slogan publicitaire ! Peu informative, Google n’en tiendra pas compte et vous aurez perdu du temps pour rien.

Dans le doute de la qualité de votre méta-description, mieux vaut toujours optimiser votre introduction ! Au moins, vous avez une chance que l’extrait choisi par Google soit de qualité et de votre cru. C’est le premier contact de l’internaute avec votre site et votre texte.

Pensez-y ! Vous écrivez d’abord pour un humain, non pour une machine, aussi performante soit-elle.

 

Cet article vous a plu ?

On veut tout savoir !

Note actuelle 5 / 5. Nombre de Vote : 5

Pas de notes pour l'instant. C'est à vous de jouer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.